07/06/2010

Le tour du Taennchel - Ribeauvillé (68) - Dimanche 06 juin 2010

Je me rendais pour la 3ème année de suite à cette magnifique course de montagne :

22,7 km pour 800 m de D+/- au départ de Ribeauvillé, le parcours nous promenant en forêt sur les hauteurs à la visite des différents vestiges féodaux.


ribeauville03

Mon récit de course :

Le tour du Taennchel 2010
Une chaleur étouffante, ce dimanche 06 juin à Ribeauvillé déjà 27° à l’ombre à 9h00. Nous sommes plus de 350 au départ pour cette course de montagne de 22,7km et 800m de D+/-. Un parcours que je connais bien, c’est ma 3ème édition, avec une victoire en 2008 et une huitième place en 2009 en étant parti beaucoup trop vite. Je ne veux pas rééditer cette mauvaise aventure et pourtant !!!
10h15, le départ est donné en pleine chaleur, pas un brin de vent, je me place devant le rythme est soutenu mais beaucoup moins qu’en 2009, les cadors ne sont pas là je peux largement envisagé le podium (mais ça se passe pas toujours comme on pense !!!).
Passage dans la vieille ville a slalomé entre les passants, après 2km on attaque enfin la première montée sur la droite, je prend les commandes et monte à mon rythme en 500m plus personnes derrière. Je me revois faire la course de 2008. Je relance sur une partie plus plate, ça redescend un peu, je me sens super bien. On attaque une deuxième montée, une des plus raides, je monte tranquille, je temporise un peu et récupère une bonne trentaine de concurrents du 9km qui marche dans ce raidillon.
Un coureur revient à ma hauteur et me passe devant, on débouche ensemble sur le plat avant d’entamer la première longue descente, on est à plus de 19 km/h, je me sens toujours bien, je teste un peu mon partenaire. Il a l’air bien en forme.
On repart pour une deuxième ascension, il passe devant, impossible de prendre ses pas je reste scotché sur le sentier, j’ai les cuisses explosées. Ça m’inquiète un peu il reste beaucoup de chemin jusqu’à l’arrivée, je perd du terrain. Cette montée me paraît interminable pourtant ça monte pas très fort.
Et c’est repartit pour une longue descente, j’ai perdu le coureur de vue et je rejoint la partie montante en macadam. Le soleil tape vraiment fort, je relance et reprend du terrain, mais que c’est dur !!!
Je me relâche un peu, et deux coureurs du CMC me rejoignent, je m’accroche et reste avec eux jusqu’à la fin du macadam, on emprunte ensuite un sentier qui s’élève à flanc de montagne. Je monte bien et reste au contact. C’est une parti très sympa en single, on slalome entre les rochers, les souches…
Et d’un seul coup, mes jambes me lâchent, c’est du coton, j’avance plus, plus d’énergie. Je perds du terrain, un coureur revient de l’arrière je le laisse passer.
On arrive enfin en haut, j’ai vraiment du mal, c’est une longue descente, je relance un peu toujours du mal, les sensations sont mauvaises et il reste encore 8km.
Je n’arrive pas à recoller le dernier coureur qui m’a doublé et c’est repartit pour la dernière ascension de 3km. Dés le début je n’y arrive plus après 500m, je marche, la tête tourne un peu, je vois des étoiles.
Je reprend en trottinant, et arrive quand même au sommet où se tient le dernier ravitaillement, j’ai du monter à 7km/h une misère. Je m’arrête à la table et m’assoit, je bois plusieurs verres, après 2 ou 3 mn deux coureurs reviennent de l’arrière, je décide de repartir avec eux après avoir eu l’idée d’abandonner.
Il ne reste que 4km de descente, je me laisse aller, j’en ai vraiment marre, je n’arrive pas à suivre. On arrive enfin dans les rues de Ribeauvillé en pleine chaleur, il reste 1,7km.
Pas possible je ne vais pas y arriver, je termine tranquille et passe la ligne en 7ème position en un peu plus de 1h39, le premier met 1h33’et 40s, je pensais être plus loin.
Quelle course de folie, jamais été dans un état pareil, je m’écroule sur un banc à l’arrivée, j’ai été au bout de moi-même. Je met plus de 10mn à reprendre mes esprits. C’est l’hécatombe parmi les coureurs, beaucoup arrivent très marqués et s’écroulent dans l’herbe.
Difficile d’expliquer ces énormes défaillances, la chaleur, une mauvaise gestion de course, un manque de longues côtes à l’entraînement…
Et même ce soir c’est pas encore ça, je suis vidé, c’est la première fois que je suis dans un tel état. Mais bon ça ira mieux demain et aussi sur la prochaine course .

L'article sur l'Alsace le pays :

http://www.lalsace.fr/fr/article/3268129/Arnaud-Kessler-ne-s-y-attendait-pas.html

Le site des organisateurs :

http://www.asra-ribeauville.wb.st/

Je termine quand même 3ème sénior en 1h39' et 33s, 7ème au scratch sur plus de 380 participants, à la vue des temps la chaleur a fait d'énormes dégâts.

Les résultats complets :

http://www.trophee-des-vosges.com/classements/classements2010/taennchel10.pdf

 

 

09:06 Écrit par jack2775 dans Saison 2010 | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook |

Commentaires

bravo a toi arnaud trop chaud ce week-end pour faire des performances a bientot

Écrit par : stephane mathieu | 07/06/2010

Les commentaires sont fermés.